AUTRICES

Retrouvez ici les autrices chères au coeur de l'équipe de CÔTÉ MANGA

AUTRICES

Sous-catégories

  • RUMIKO TAKAHASHI

    Rumiko Takahashi est née le 10 octobre 1957 à Niigata au Japon. Ses mangas sont d'abord connus par leur adaptation en animés diffusés dans le Club Dorothée : Lamu et Juliette, je t'aime en 1988, Ranma ½ en 1992. Ses œuvres sont traduites lorsque les éditeurs français décident d'importer massivement des mangas, à commencer par sa série Ranma ½ , publiée chez Glénat de 1994 à 2002. En 2017, les ventes de ses mangas à travers le monde dépassent les 200 millions d'exemplaires.

    Rumiko Takahashi remporte deux fois le prix Shōgakukan dans la catégorie shōnen, en 1980 pour Urusei Yatsura et en 2001 pour Inu-Yasha. En 2019, elle reçoit le grand prix de la ville d'Angoulême pour l'ensemble de son œuvre, ainsi que le titre de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française en 2023.

  • CLAMP

    CLAMP est un collectif d'autrices, mangaka. Leurs mangas sont en général des shōjo manga, mais elles se sont essayées, depuis 2001 au seinen et au shōnen publiés entre autres dans Young Magazine au Japon.

    Créé à la fin des années 1980, le collectif CLAMP comprenait initialement plus d'une dizaine de membres. Sa composition évolue ensuite, et le nombre de membres se réduit. CLAMP est composé depuis fin 1990 de quatre autrices principales: Nanase Ōkawa, Mokona, Tsubaki Nekoi, Satsuki Igarashi. À la charnière des années 1990, le groupe passe à 44, et c'est le studio CLAMP tel qu'on le connaît aujourd'hui.

    Par la suite, ce studio multiplie les créations et réalise certaines des œuvres les plus populaires des mangas des années 1990. Leur créativité et leur capacité à multiplier des succès dans des genres différents, fait qualifier ce collectif féminin, dans un article du Los Angeles Times de « Steven Spielberg du manga ».

  • AKANE TORIKAI

    Akane Torikai née en 1981 dans la préfecture d’Osaka. Adolescente, elle s'intéresse aux mangas, et notamment à l’œuvre de Kyōko Okazaki. Elle est un temps l’assistante de Minoru Furuya (Poison Quotidien publié chez Akata), puis se lance en 2004 dans une carrière de mangaka. Elle signe des histoires courtes, avant de commencer à publier sa première série en 2010, le seinen manga Ohayo Okaeri, comme scénariste et dessinatrice, dans les pages du magazine Morning Two.

    En 2013, elle fait un retour remarqué dans le monde du shōjo adulte avec Onna no ie (La maison Des Femmes publié chez Akata). En parallèle, elle lance une nouvelle série, particulièrement remarquée : Sensei no shiroi uso (titre en français : En proie au silence). Dans cette dernière œuvre, elle dépeint la misogynie et les violences sexuelles dans la société, en mettant en scène une femme qui essaie de se reconstruire après un viol, malgré la perte de confiance en elle, la remise en cause de sa féminité, la peur des hommes, etc.. La série fait réagir et, sur ses huit tomes, totalise près d’un million d’exemplaires vendus. En France les séries Saturn Return, Amour Placebo, Le Siège des Exilées, You've Gotta Love Song sont aussi disponibles !

  • FUMIYO KOUNO

    Fumiyo Kōno, née le 28 septembre 1968 est une mangaka née à Hiroshima et connue pour ses oeuvres : Dans un recoin de ce monde adapté en film en 2016 par le Studio MAPPA et le Pays des cerisiers.

    Elle a commencé à dessiner des manga quand elle était au collège et déclare que cette passion lui est venue car ses parents n’achetaient pas souvent ses mangas. Fumiyo Kōno étudie les sciences à l’Université d’Hiroshima et s’installe à Tokyo, où il devient assistant de Katsuyuki Toda, Aki Morino et Fumiko Tanigawa. Elle fait ses débuts commerciaux en 1995 avec Machikado Hana Da Yori. Elle estime qu’Osamu Tezuka et Fujiko Fujio ont été parmi ses premières influences, mais elle s’est ensuite inspirée du style littéraire de Sanpei Shirato et s’inspire actuellement de la polyvalence de Yu Takita. Elle a obtenu un diplôme en sciences humaines de l’Université de l’Air en 2001.

  • AI YAZAWA

    Ai Yazawa est une mangaka née le 7 mars 1967 à Osaka, dans la préfecture de Hyōgo, au Japon. Elle est principalement connue pour les mangas Je ne suis pas un ange, Gokinjo, une vie de quartier, Paradise Kiss et Nana, qui remporte le prix Shōgakukan dans la catégorie Shōjo.

    Si Ai est son vrai prénom, Yazawa est un nom de plume. Il provient du nom de famille du chanteur Eikichi Yazawa dont elle est fan. C'est en 1985 qu'elle fera ses débuts dans le magazine de prépublication Ribon avec Ano Natsu. En 1986, elle s'inscrit à l'Institut de mode d'Osaka, mais débordée par son travail de mangaka, elle quitte son école de stylisme.

    Elle a depuis créé plus de dix séries, parues dans leur grande majorité dans le magazine Ribon. Bien que ses œuvres antérieures soient encore publiées par la maison d'édition Shūeisha (détentrice de Ribon), ses œuvres récentes apparaissent désormais dans d'autres magazines comme Zipper, pour Paradise Kiss et Cookie pour Nana. En 2003, elle remporte le 48e prix Shōgakukan dans la catégorie Shōjo pour Nana. La série est suspendue depuis juin 2009 a cause d'un problème de santé de l'autrice.

  • HIROMU ARAKAWA

    Hiromu Arakawa est une mangaka née le 8 mai 1973 à Makubetsu. Son manga le plus renommé, Fullmetal Alchemist, est un succès international, étant l'un des premiers mangas à être adapté en deux anime différents. Il n'y a presque aucune image de Hiromu Arakawa où l'on voit son véritable visage. Les seules images qui représentent Hiromu Arakawa sont des vaches dessinées par elle-même. Cette représentation d'elle viendrait de son enfance

    Elle est principalement connue pour son manga Fullmetal Alchemist, publié entre 2001 et 2010 dans le magazine Monthly Shōnen Gangan. Entre 2011 et 2019, l'autrice dessine et scénarise le manga Silver Spoon dans le magazine Weekly Shōnen Sunday. Ce manga est une plongée directe dans l'univers d'enfance de l'auteur : un lycée agricole et la vie dans une ferme actuelle. L'action se place de plus sur l'île d'Hokkaidō, là où elle est née et a grandi.

    Depuis juillet 2013, elle publie l'adaptation en manga du roman Chroniques d'Arslân (Arslan Senki) de Yoshiki Tanaka dans le Bessatsu Shōnen Magazine sous le titre The Heroic Legend of Arslân. Arakawa a débuté une nouvelle série du nom de Tsugai - Daemons of the Shadow Realm depuis le 10 décembre 2021

  • MOYOCO ANNO

    Moyoko Anno est une mangaka et écrivaine japonaise née le 26 mars 1971 à Suginami. Elle est spécialisée dans la mode, qui est un sujet récurrent dans ses œuvres. Elle fait ses débuts de mangaka en 1989 avec Mattaku ikashita yatsuradaze! Elle écrit principalement des josei manga et travaille autour de la psychologie de la femme amoureuse. Son style graphique est assez brut mais artistique. Elle réalise également des travaux sur d'autres sujets pour des journaux, sur des célébrités japonaises notamment.

    Grâce au franc succès de Chocola et Vanilla, qu'elle a commencé en 2003, elle reçoit le Prix du manga catégorie kodomo (enfant) de la part de son éditeur Kōdansha en 2005. La série comptabilise pour les 6 premiers tomes 1,2 million d'exemplaires vendus. En 2015, elle se lance dans le stylisme avec la vente de sous-vêtements, puis en 2020 dans la vente en ligne de kimonos et d'accessoires de kimono. En septembre 2021, grâce à sa collaboration avec la marque de kimono Yamato, la vente a pu se faire dans une boutique physique à Tokyo.

  • JUN MAYUZUKI

    Jun Mayuzuki est une mangaka japonaise. Son travail le plus célèbre est la série After the Rain. En 2018, elle remporte le 63e Prix Shōgakukan dans la catégorie générale pour ce manga.

    À partir de novembre 2019, son œuvre Kowloon Generic Romance, basée sur Kowloon Walled City à Hong Kong, est sérialisée dans le Weekly Young Jump de Shueisha. Mayuzuki dit avoir eu l'idée de lancer une série sur la citadelle de Kowloon pendant qu'After the Rain était encore sérialisé. Elle aime la citadelle de Kowloon et l'a connue pour la première fois à travers Kowloon's Gate quand elle était jeune.

  • KAN TAKAHAMA

    Kan Takahama est une mangaka japonaise née le 6 avril 1977 à Amakusa. Elle est diplômée de la faculté des beaux-arts de l'université de Tsukuba, et s'intéresse alors peu à la bande dessinée.

    Lors d'une soirée entre amies, elle dessine une histoire courte, qui sera envoyée à l'éditeur Kōdansha par une de ses amies. Après une courte collaboration, elle continue sa carrière de mangaka en 2001 dans Garo, plus adapté à son style. Ses histoires courtes parues dans ce magazine sont éditées en 2002 dans l'album Yellowbacks, paru en France, en Espagne et aux États-Unis sous le titre Kinderbook.

    En 2017 paraît Tokyo, amours et liberté, que Le Monde décrit comme « une romance politique et sociale ».Takahama s'associe avec Emmanuelle Maisonneuve et Julia Pavlowitch-Beck pour Le Goût d'Emma, bande dessinée publiée en 2018 qui raconte l'histoire de la première inspectrice du Guide Michelin.

    L'année suivante, Glénat publie en français La Lanterne de Nyx, paru au Japon entre 2015 et 2019, qui porte sur « une orpheline japonaise douée de clairvoyance, à Paris en 1878 ». La série remporte le Prix de l'excellence du 21e Japan Media Arts Festival en 2018, et le 24e Grand Prix du Prix culturel Osamu-Tezuka en 2020. En parallèle, l'artiste dispense un cours de création de personnage à l'École internationale du manga et de l'animation (EIMA) à Toulouse. En 2020, elle livre une adaptation du roman L'Amant de Marguerite Duras.

  • AKIKO HIGASHIMURA

    Akiko Higashimura est une mangaka japonaise née le 15 octobre 1975 dans la préfecture de Miyazaki. Elle fait ses débuts dans le magazine japonais Bouquet Deluxe en 1999 avec Fruits Kōmori et se fait ensuite connaître par son manga Kisekae Yuka-chan paru dans le magazine Cookie. En 2008, elle dessine le one-shot Chuō-Sen Cinema Paradise pour le magazine Jump SQ.

    En 2015, elle remporte le Grand prix du manga pour Kakukaku shikajika (traduit en français sous le titre Trait pour trait). En 2020, elle se voit décerner le Prix Jeunesse du festival d'Angoulême pour sa série Le Tigre des neiges, un récit historique dans lequel elle défend la théorie selon laquelle Kenshin Uesugi, seigneur de la guerre japonais du xvie siècle, était en réalité une femme.

    Sa série Tokyo Tarareba Girls fait l'objet de différentes séries BD dérivées et d'une adaptation en série « drama ». C'est le portrait d'un trio de jeunes femmes trentenaires tokyoïtes des quartiers branchés, que certains critiques occidentaux ont pu comparer à la série américaine Sex and the City.

Filtres actifs

YOMI NO TSUGAI - TSUGAI -...

Prix 6,82 €